La production éolienne en France

Situation de secteur éolien en France

Bien qu’ayant eu quelques difficultés à connaitre un réel succès, le secteur éolien en France fournissait en 2016, 3,9% de la production d’électricité française. Cela représente 20,7 TWh (Terra Watts heure), ce qui place le pays comme le 4ème producteur en Europe et au 7ème rang mondial. Bien que connue pour ses bienfaits sur l’environnement, la production a également un impact en termes économique puisque le secteur totalise 10 520 emplois directs (chiffre INSEE 2014). Depuis 2000, où seulement 48 GWh était produit par la France, la production d’électricité grâce au vent n’a cessé d’augmenter jusqu’en 2015. C’est entre 2015 et 2016 que l’énergie totale fournie a connu une légère diminution pour la première fois. En cause notamment, une année moins forte en vent puisque les installations ont continué d’être plus nombreuses.

Des politiques tournées vers le développement des énergies renouvelables

La loi de la transition énergétique pour la croissance verte a été promulguée le 18 août 2015. A travers celle-ci, l’Etat ambitionne de réduire les émissions de GES (gaz à effet de serre) de 40 % entre 1990 et 2030. Pour ce faire, l’objectif est de porter le pourcentage des énergies renouvelables à 23 % de la production électrique du pays. Concernant l’éolien, il est prévu que l’énergie fournie par le vent représente 20 % de l’électricité française. Pour y parvenir, le gouvernement souhaite simplifier le cadre réglementaire aujourd’hui contraignant de l’éolien, accélérer les traitements des recours contre les projets et réduire les délais de raccordement et l’assouplissement de contraintes spatiales.

Un potentiel qui donne de l’avenir au secteur

La taille du pays et la position géographique donne à la France un potentiel éolien important. En Europe, seule le Royaume-Uni est considéré comme ayant un gisement plus conséquent. Les zones les plus propices à l’installation d’éoliennes sont sur la façade ouest du pays de la Vendée en allant jusqu’au Pas-de-Calais. En vallée du Rhône et sur la côte du Languedoc, un fort potentiel est aussi relevé. S’ajout à cela le potentiel off-shore très important le long de la Manche. Ayant compris ce développement, qui par ailleurs, n’est pas consommateur d’espace, l’état a impulsé la naissance de nombreux projets tels qu’à Fécamp en Normandie ou à Saint-Brieuc en Bretagne.

 

Partages 0