La production hydraulique en France

En France, la production d’électricité est très largement dominée par le nucléaire (70% environ). Seulement 22% de la production provient de sources d’énergie renouvelable. La première : l’hydraulique. Avec 14% de l’électricité produite, c’est de loin l’énergie renouvelable la mieux maîtrisée en métropole. Quelle en est la situation actuelle, quelle politique est menée à son égard et quel est son avenir ?

Les chiffres clés

25 GW (25000 MW), c’est la puissance totale des quelques 2400 centrales hydroélectriques installées sur le sol français. Une centaine d’entre elles, de tailles moyennes (50 à 600 MW), représentent 60% du parc, et les 1600 plus petites comptent pour moins de 2% de la puissance installée. Par ailleurs, 90% des centrales sont installées « au fil de l’eau » : n’étant pas dotées d’un réservoir, elles turbinent l’eau comme elle arrive.

Avec plus de 64TWh produits en 2016, la France se place au deuxième rang européen derrière la Norvège, et au 12ème rang mondial. Cette production importante, très largement consommée sur le territoire, garantit en partie à la France son indépendance énergétique.

D’un point de vue économique, l’hydroélectricité est un marché colossal : avec un chiffre d’affaire annuel de 3500 millions d’euros (3,5 milliards), le secteur emploie de façon directe 12400 personnes. Un quart d’entre eux, les hydrauliciens, s’occupent de l’équipement. Ils prennent donc en charge l’exploitation, la conduite, l’ingénierie et la maintenance des installations. Le 9000 autres travaillent dans la vente d’énergie.

Enfin d’un point de vue environnemental, l’hydroélectricité obtient comme on le soupçonne de très bons résultats. La production d’1KWh ne dégage que 4 grammes de CO2. C’est 250 fois moins que les 1000 grammes émis par une centrale à charbon. Quant à une comparaison avec le nucléaire, elle se ferait plutôt au niveau des rejets : ils sont inexistants pour l’hydraulique, alors que la notoriété des déchets radioactifs n’est plus à faire.

L’avenir de l’hydraulique en France

Malheureusement, il n’est pas possible de développer des centrales hydroélectriques ad vitam aeternam. Contrairement à d’autres énergies renouvelables dont le potentiel est encore très largement sous exploité (le solaire, l’éolien), l’hydraulique est déjà largement maîtrisé en France. Ainsi, la plupart des massifs montagneux abritent déjà des barrages importants. Un développement de centrales exploitant l’énergie hydraulique à petite échelle est encore possible. Ces mini centrales permettent d’alimenter des lieux isolés et en petits nombres (deux ou trois maisons par installation) ou de réinjecter l’énergie sur le réseau français en la revendant. L’installation de petites unités de ce type et l’amélioration des capacités existantes (augmentation de la puissance de certaines centrales) devraient permettre d’accroître la production de 3 TWh/an et d’atteindre d’ici quelques années l’exploitation théorique maximale.

La production hydraulique française nous permet donc d’atténuer quelque peu l’étiquette de mauvais élève qui nous a été collée au vu de nos exploitations nucléaires exorbitantes. Si un faible développement est encore possible, c’est toutefois vers d’autres sources d’énergie propres que devront se tourner les politiques pour réaliser totalement la transition tant attendue du nucléaire vers le renouvelable.

 

Partages 0