Qu’est-ce que la « qualité de l’électricité »?

La valeur de l’électricité est un élément capital pour des consommateurs. Elle est génératrice de facteur d’attractivité et de valeur. Son importance est plus grande surtout que des nouveaux usages électriques connaissent un développement. Ainsi, de nombreuses sociétés en Europe sont de plus en plus sensibles sur l’aspect qualitatif de l’énergie électrique qu’elles produisent. Voyons ensemble cette qualité, sa définition et les critères qui permettent de la définir.

Définition de la qualité de l’électricité

C’est une notion qui est définie par la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE) à partir de trois critères importants :

La qualité de service

Elle permet de juger la relation entre les fournisseurs et leurs utilisateurs, le délai d’une intervention en urgence ou d’un raccordement par exemple. En effet si vous vous retrouvez sans électricité ou si vous emménagez, vous devez contacter votre fournisseur afin de planifier une intervention ou pour la mise en service du compteur électrique pour l’associé à votre nom. 

La qualité de la tension

Elle s’apprécie au regard d’une amplitude et d’une fréquence des écarts en fonction de la valeur nominale d’une onde de tension délivrée par un réseau entraînant une perturbation du fonctionnement des appareils électriques qui sont raccordés : une onde de tension nominale a idéalement une forme de sinusoïde d’amplitude et de fréquence constantes.

La continuité de l’alimentation

Elle est jugée par rapport à la fréquence des coupures électrique longues (plus de trois minutes) et brèves (inférieures à trois minutes) subie par des clients et de la durée des longues coupures cumulées. Les consommateurs particuliers sur le territoire français ont en moyenne subi une coupure de 80 minutes de leur alimentation électrique en 2012 pour toutes coupures confondues.

La CRE a mis en place en France plusieurs mécanismes incitatifs afin d’apporter une amélioration de la valeur de l’électricité, essentiellement sous une forme de pénalités dans le paiement du tarif d’utilisation des réseaux publics d’électricité (TURPE) que perçoivent les gestionnaires de réseaux : l’abattement forfaitaire qui s’élève à 2 % de la part fixe annuelle du tarif d’utilisation des réseaux publics d’électricité est prévu par tranche de 6 heures d’interruption d’une alimentation.

 

Les critères de la qualité

Il est de la responsabilité de ceux qui gèrent les réseaux publics d’assurer un certain niveau qualitatif aux utilisateurs. C’est une responsabilité qui est encadrée en partie, notamment par plusieurs textes réglementaires et législatifs et par quelques clauses incluses dans les divers contrats. Dans le cas d’évènements climatiques importants qui perturbent de façon particulière les réseaux, ces gestionnaires de réseaux publics sont susceptibles d’être dégagés de leur responsabilité en partie, sous certaines conditions.

Dans les récentes évolutions de cet encadrement, un dernier TURPE 4 élaboré par la CRE a modifié le cadre de la régulation introduit précédemment. Ce cadre incite le gestionnaire du réseau public de transport RTE ainsi que le principal gestionnaire de réseaux publics de la distribution Enedis à la maîtrise de leurs coûts tout en assurant une amélioration qualitative de l’énergie électrique. En outre, de nombreux moyens de recours sont à disposition des utilisateurs qui s’estiment lésés. Cependant, il est quelquefois difficile aux utilisateurs d’obtenir gain de cause.

Finalement, la CRE publie de façon régulière des indicateurs qui portent sur l’aspect qualitatif de l’énergie électrique dans des rapports annuels et dans un rapport sur la régulation qui incite à des meilleures services. Plus ponctuellement, la CRE contribue aussi à des rapports en Europe sur ces problématiques.

 

Partages 0